Philippe Loupzen

SUITE  

 

Je remerciais la Bougnate pour sa précieuse

recommandation, mais une phrase, au sortir

de son café-épicerie,

aurait du freiner mon enthousiasme :

 

« vous verrez bien, il est spécial..

j’espère que vous lui plairez.. »... 

qu’était-ce à dire ?

 

Dans l’église de Thuret,

village de Limagne, on célèbre deux cultes,

 

– Celui de saint Bénilde, alias Pierre

Romançon, né à Thuret en 1805, et mort en

odeur de sainteté. cinquante-sept ans plus

tard à Saugues (Haute-Loire). Cet

instituteur religieux incarnait

l’humilité, la persévérance,

le dévouement

et le courage.

 

– Celui des ondes cosmo-telluriques.

Ces cultes font de cette église

un lieu connu dans la France entière,

et au-delà.

Le Rachaï recommandé par la Bougnate

était le père CHABRILLAT.

J’ignorais tout de ce personnage

et de son caractère. J’appris

par la suite qu’il état

un défenseur des Gitans.

 

Lorsqu’il apprenait, par exemple,

que des propos racistes avaient

été tenus à l’encontre de

pèlerins gitans, son sang

ne faisait qu’un tour :

« Tous les hommes sont enfants

du même Père des Cieux,

et Jésus est mort pour tous.

Certains ont besoin de

refaire leur éducation chrétienne

dont l’humilité est la vertu

magnifiée par saint Bénilde » .

 

Par ce ton, par les propos qu’il tenait,

par son indéniable charisme également,

le père Chabrillat fédéra autour

de lui et de saint Bénilde

  une communauté fidèle,

unie dans la dévotion.

 

Avec grande difficulté,

je prenais la route de

Thuret, réussissant, in extremis,

à stationner

mon fourgon près du sanctuaire

dédié à Saint Bénilde.

 

À SUIVRE

LES AUTRES ÉCRITS DE PHILIPPE

 

ABSENT SANS MOTIF